> artetpedagogie.com

Un perpétuel à venir…

home_11Anne Dejaifve peint la mémoire. Non le souvenir, non l’événement personnel mais le «sous-venir», ce qui, dans le fond de nos vies constitue le perpétuel à venir.

Dans cette œuvre, se mêlent donc inévitablement la mort et la vie, surtout la vie. Dans une peinture où le geste va à l’essentiel sans aucun artifice, l’artiste travaille la forme dans ce qu’elle a d’universel et d’ambivalence ou de polysémie : une pierre parle de l’origine et de l’ultime, un voile évoque la nuit nuptiale et le linceul, un bol le plein et le vide…